Les Chroniques de Mélanie

Bienvenus dans la blogosphère des chroniques de Mélanie, journaliste en herbe (IUT de Cannes): Réactions sur l'actualité de la semaine.

08 janvier 2007

Ségolène : Le rouge lui va si bien

Royal_en_Chine
PHOTO Google images
La candidate à l’investiture s’est rendue du 5 au 9 janvier, en République populaire de Chine. Au programme : le développement, la mondialisation et les droits de l’homme.
Son deuxième déplacement à l’étranger donne l’occasion à la candidate de peaufiner son image de présidentiable et de renforcer sa crédibilité sur les questions internationales. Seulement voilà, lors de  ces quatre jours, Ségolène Royal remplit de « bravitude » n’a cessé de passer de la pommade aux dirigeants chinois.  « Mme Royal a dit beaucoup de bien de la Chine lors de ses rencontres avec les responsables officiels chinois et manifesté sa disposition à améliorer les liens et la coopération commerciale », a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Liu Jianchao.
Les sujets qui fâchent
Dans un pays qui condamne encore la liberté d’expression, la candidate ne compte pas se poser « en donneuse de leçon », a-t-elle dit au sujet des Droits de l’homme. La Chine continue pourtant de faire l’éloge de la censure. Chaque jour les rédactions de journaux reçoivent de la part du Département de la Propagande rebaptisé Département de la Publicité une liste de sujets interdits. En 2005, une quinzaine de journalistes étrangers ont été interpellées par la police alors qu’ils enquêtaient sur des sujets dits sensibles. A savoir aussi, que les chaînes de télévision et radios étrangères sont brouillées. Des aberrations  que la candidate n’a pas voulu souligner. Elle a néanmoins évoqué - sous la demande de Reporters sans Frontières – la situation de deux avocats, Chen Guangcheng et Gao Zhinsheng et de trois journalistes emprisonnés, Zao Yan, Ching Cheong et Yang Zili.
« 2006 a été l'année la plus noire en ce qui concerne la situation écologique de la Chine », a déclaré le vice-ministre Pan Yue, sur le site internet de l'Administration d'Etat pour la protection de l'environnement (www.sepa.gov.cn). La candidate socialiste a prit le problème sous un angle différent : elle a jugé que le pays « s’investit avec courage » dans une nouvelle forme de développement. « Très peu de pays en développement ont pris conscience de façon aussi aiguë de la nécessité de changer les conditions de la croissance »,  a-t-elle ajouté. La Chine reste le plus gros pollueur de la planète et n’a pas réussit a diminué le taux des émissions de gaz à effet de serre de 4%, imposé par le Protocole de Kyoto.
Une visite officielle ?
Pendant quatre jours Ségolène Royal a fait une visite touristique de la cité interdite, la grande muraille de Chine, le centre de développement de France Télécom et le futur site des Jeux Olympiques. Elle n’a rencontré ni le président chinois, ni le premier ministre, ni le ministre des affaires étrangères.  A aucun moment elle n’a mentionné les relations de la République chinoise avec la Corée du Nord, ni la question du nucléaire, qui, est pourtant un enjeu considérable.

MC

Posté par melC13 à 16:47 - France/Société - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Mme segolene continue de travailler sont image de marque c'est ce qu'elle sait le mieux faire, en prenant bien soin de ne froisser personne comme pour le sujet des impots sur les grandes fortunes qui divise actuellement au sein du PS.
    Esperons qu'elle nous ponde un programme tres bientôt. biz

    Posté par cyril, 14 janvier 2007 à 20:57
  • Vive la com' politique! le problème avec ségolène, c'est qu'on a beaucoup d'images d'elles mais peu de paroles convainquantes pour une candidate à la présidentielle

    Posté par melanie C., 15 janvier 2007 à 00:09

Poster un commentaire