Les Chroniques de Mélanie

Bienvenus dans la blogosphère des chroniques de Mélanie, journaliste en herbe (IUT de Cannes): Réactions sur l'actualité de la semaine.

26 février 2007

L'Ecosse dit NON au nucléaire

IMGP2282 Une femme proteste contre la guerre en Irak.  IMGP2306 Discours du leader du parti Nationaliste écossais.                                                                                                                                                                                      PHOTOS MC
Plus de 2000 personnes ont manifesté à Glasgow le 24 février. Ils ont protesté contre le renforcement du missile nucléaire Trident à Faslane, la base de la Marine brtianique, à une trentaine de kolimètres de Glasgow. Le gouvernement de Tony Blair veut reconstruire des sous marins atomiques dotés de nouveaux missiles Trident. « Le peuple de l'Ecosse a montré maintes et maintes fois son opposition à Trident », explique le leader du SNP (Scottish national party) Alex Salmond.
Ce nouveau mécontentement s’inscrit dans la semaine du « Bin the bomb roadshow » qui s’est tenue du 16 au 24 février dans les grandes villes écossaises. Ces réactions sont liées à la publication d’un livre blanc - concernant l’avenir du nucléaire sur le sol britannique – par le gouvernement en décembre dernier. Son application signifierait que Tony Blair financera la construction d’armes nucléaires, basées en Ecosse pour les cinquante années à venir. Le Premier Ministre estime qu’il serait « imprudent et dangereux » que le Royaume-Uni renonce à ses armes nucléaires.
Le rassemblement a été organisé par The Movement of The Peace and Justice in Scotland  et secondé par Greenpeace, l’Eglise d’Ecosse, des syndicats, le SNP et les Verts.
Des hommes d’église, des militants anti-guerre et des familles ont défilé dans les rues de Glasgow en criant les slogans « Bin the bomb » (les bombes à la poubelle), « no Trident » (pas de missile Trident). « Le gouvernement veut mettre en place un nouveau financement pour les armes nucléaire alors que l’Union Européenne interdit à l’Iran d’en posséder », clame un manifestant en colère. Georges W. Bush et Tony Blair sont également pris pour cible pour « leurs crimes de guerre » observe-t-on sur des pancartes.
Pour les organisateurs, l’essentiel est de se mobiliser : « on essaie de faire une manifestation tous les six mois. La dernière concernait l’opposition à la guerre au Liban. En 2003, deux millions de personnes ont protesté à Londres contre la guerre en Irak mais ça n’a rien changé. Tony Blair s’en fout », affirme un adhérent au Movement of The Peace and Justice in Scotland, tout en distribuant ses tracts.
A l’approche de la troisième élection législative d’Ecosse le 3 mai, cet évènement revêt un caractère politique. Les partis politiques s’emparent de la cause pacifiste. Cela témoigne de la volonté de l’Ecosse d’affirmer son indépendance par rapport au Royaume-Uni. Alex Salmond a promis que si le SNP remporte les élections et s’il est désigné premier ministre, il soumettra dans les cent jours au Parlement d’Écosse un projet de loi prévoyant l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de l’Écosse.
Malgré l’opposition de nombreux membres du Parlement écossais, le vote est tombé le 14 mars en faveur du projet Trident. Le conflit prend une tournure internationale : En modernisant ses Trident, la Grande Bretagne se mettrait en infraction du Traité de Non Prolifération. Ce qui inciterait les autres pays à se lancer dans la course à la bombe.

MC

Posté par melC13 à 18:06 - International - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire